Mon parcours

Ancien assistant parlementaire du sénateur du Haut-Rhin Henri Goetschy, je suis aussi un témoin privilégié de la formidable évolution du corpus onusien relatif à la protection des minorités et des liens entre l’identités et la compétitivité économique. J’ai vécu sur trois continents (Europe, Amérique, Afrique). Depuis 2001, je suis établi à New York, où je travaille comme Attaché de presse de l’Organisation des Nations Unies. Aux Etats-Unis, j’ai été un ardent défenseur de la langue française au sein du Comité des associations françaises de New York (CAFUSA), du Souvenir Français des Etats-Unis et de l’Association culturelle francophone des Nations Unies (ACE). J’ai présidé l’Union Alsacienne, la plus ancienne association française encore en activité de New York. En France, j’ai participé durant de nombreuses années aux Rencontres interrégionales rassemblant les défenseurs des langues régionales de France.

TK Consulat FR NY.jpg

L'ÉCOLE DE LA VIE : LE FOOTBALL

Mon expérience footballistique a été un élément clé de ma détermination dans tout ce que j’ai entrepris. Bercé par la passion du football depuis l’enfance, élevé par un père ancien gardien de but de l’équipe d’Alsace junior, mon adolescence a été rythmée par les entraînements hebdomadaires  

Si je commence en bleu à l’ASC Biesheim, je réussi l’exploit de jouer successivement dans quatre clubs évoluant en vert, dont le prestigieux club des SR Colmar avec lequel j’ai tutoyé la quatrième division nationale en 1986 après un titre de champion d’Alsace DH Junior avec Marc Keller le 8 juin 1985.  Un déménagement à New York m’a permis d’évoluer dans un environnement international avec le FC Stade Breton de New York, avant de lancer une sélection alsacienne de foot à 7 urbain à New York : le Racing Alsace New York, avec le soutien de mon ancien coéquipier Marc Keller.  

TK foot NY.jpg

Mes expériences marquantes

RDC Thierry Kranzer.jpg

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

1er mai 2006 -- J’atterris à Kinshasa en provenance de New York. Le choc des cultures est immense entre l’aéroport JFK de New York et celui de Kinshasa. Jusqu’au centre-ville de Gombe, une heure de bus m’offre le spectacle désopilant de la réalité de la pauvreté. Des milliers de femmes et d’enfants survivent, mangent et dorment au bord de l’artère principale.  Ma grand-mère maternelle, Maria (née Schelcher, descendante d’un frère de Victor), qui n’avait de cesse de me rappeler les horreurs de la guerre et l’importance de la paix, est décédée durant mon vol…. Tout un symbole alors que ma mission de maintien de la paix commence. Après quelques semaines de formation, on m’informe que je serai le responsable de l’information et porte-parole de la base de maintien de la paix d’Uvira, au Sud-Kivu, au coin des trois frontières (Congo-Rwanda- Burundi).  Uvira, avec 60 000 habitants est la deuxième ville du Sud-Kivu, une des onze provinces de la République démocratique du Congo (RDC).  Très vite, pour moi, les réalités linguistiques et historiques font du Kivu une sorte d’Alsace de la RDC. Sur place, ma région d'origine sera un atout.

Plaque KIRSANOV.jpg

TAMBOV, RUSSIE

7 juillet 1996, Tambov (Russie centrale) -- Le thermomètre frôle les 40 degrés au bord de la sinueuse Tsna, le grand fleuve de la région. C’est au sein d’un groupe de 19 jeunes Alsaciens-Mosellans que nous sommes arrivés un jour plutôt en Russie. Nous avions tous répondu à une annonce parue dans les Dernières nouvelles d’Alsace au printemps 1996. L’Association « Pèlerinage Tambov » recherchait une vingtaine de jeunes volontaires prêts à partir en Russie durant 10 jours pour retrouver les fosses communes du camp de Tambov, où reposent 10 000 jeunes Alsaciens-Mosellans, à l’époque âgés entre 18 en 40 ans.  L’objectif : nettoyer et matérialiser un carré du camp dans cette forêt de Rada pour en faire un mémorial en souvenir des Alsaciens-Mosellans tombés à 3 000 kilomètres des leurs.

Article RDC.jpg

thierrykranzer@gmail.com |  07 85 95 95 17

  • Facebook Social Icône
  • Youtube